Droit De Parole
Bonjour !!!

Droit de Parole est un forum pour les survivantes et leurs proches.

Afin que les échanges restent chaleureux et que nous puissions connaitre et "aider" aux mieux les victimes l'accès aux témoignages se fait par étapes.

Si toi aussi tu survis après un attouchement, un viol, un inceste.... n'hésites pas à nous rejoindre.

Droit De Parole

Entraide entre victimes de Violences Sexuelles (viol, inceste, attouchement...)
 
AccueilFAQPortail 1*S'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez
 

 Mon vécu

Aller en bas 
AuteurMessage
Simu
En découverte
En découverte
Simu

Féminin Messages : 2
Date d'inscription : 12/05/2019

Mon vécu Empty
MessageSujet: Mon vécu   Mon vécu EmptyDim 12 Mai 2019 - 23:38

Salut à tous,

Alors voilà il y a maintenant 5 ans, je me mettait en couple pour la première fois, avec celui qui pour moi allait être l'homme de ma vie.Une idylle pendant 3 ans, même si de temps en temps je faisais des crises d'angoisses (je suis par ailleurs sujette à ça) à propos de nous et de lui. Je paniquais lorsque que je me disais qu'ils n'était pas aussi vif d'esprit que j'espérais, ou lorsqu'il me disait qu'il ne ressentait pas grand chose d'autre que l'amour qu'il avait pour moi. Comment pouvais-je pense une telle chose, comment pourrais-je l'abandonner si il ressentait cela ? Je me sentais coupable puisque à chaque minute de chaque journée, nous nous envoyions des textos dont un sur dix était des "je t'aime".
Puis, il y a deux ans, mes crises d'angoisse se sont amplifiées. Je me posait des questions, et je commençait à préférer les moments où j'étais à Lyon, dans mon école, avec d'autres amis, qu'à Paris le week-end avec lui. Je m’ennuyais de plus en plus et je m'intéressais de moins en moins à lui.
Il y a eu un déclic, et j'ai rompu.
Quelques mois plus tard, j'ai commencé à me sentir mal. Je repensais à notre histoire, maintenant que j'avais du recul et plus de sentiments. Et à y réfléchir, j'ai vécu 3 ans d'invasions continuelles : d'abord les textos, où si l'un ne répondait pas au bout de 3min, l'autre relançait (j'étais complice de cette dynamique malheureusement). Ensuite le toucher perpétuel lorsque l'on était dans la même pièce. Toujours une main sur la fesse, la cuisse, y compris en public et avec ma famille. Je me souvenais de lui avoir demandé plusieurs fois de me laisser un peu d'espace, mais il recommençait, disant que c'était un réflexe. Et enfin, et pour moi ce qui était le plus étouffant, les innombrables fois où je me sentais comme un bout de viande. Premier détail, mais pas des moindre, il ne m'a pas demander mon avis lorsqu'il a voulu commencer à avoir des rapports non protégés ; je ne pouvait pas me mettre en pyjama sans je ses yeux fixent mes seins, et qu'il fasse une remarque ou un toucher. Lorsqu'il m'envoyait "tu fais quoi ?" et que je répondait "je vais prendre un bain/une douche", je recevais systématiquement "hmmmmmm"...Et, durant toute notre relation où nous ne pouvions nous voir que le week-end, je me sentais obligée de coucher avec lui. Si je n'avais pas envie, je lui en parlais, je me sentais coupable de rater cette occasion, et tout en disant "ce n'est pas grave", il finissait pas me dire qu'il allait me donner envie, et nous finissions par le faire. Au moment de passer à l'acte, c'était consenti.

Sauf quelques fois. Je ne pense pas qu'il se soit rendu compte que je ne voulais pas avoir de rapport à ce moment là. Je ne pense pas qu'il se soit dit "elle dit non mais elle veut quand même" parce que pour lui nous avions tout le temps envie. Et je pensais, à ce moment, que c'était ainsi que les couples fonctionnaient. Il était mon copain donc il avait un droit sur mon corps. Un matin, ne voulant pas avoir de rapports alors que je le sentais entreprendre des caresses, je me suis tournée sur le dos en ronchonnant, mais trop endormie pour dire clairement non. Il a dû prendre cela pour une invitation et a décalé mon pyjama, et s'est forcé en moi. Je me disais qu'il avait le droit, et qu'il fallait juste que j'attende que ça passe. J'ai eu un peu mal, mais cela arrivait parfois en début de rapport (car inexistence de préliminaires avec lui).
Et à la fin,lorsque j'étais en crise d'angoisse du matin au soir, le souffle cours et pleurant, il essayait de "me détendre" en me touchant. Donc là, pas de pénétration forcée, mais avec le recul j'ai presque envie de vomir lorsque je repense aux orgasmes imposés alors que je n'étais pas du tout dans l'état d'esprit d'en avoir.


En bilan de ce pavé (désolée ^^), je voulais expliquer que j'ai eu l'impression d'être soumise à un contrôle physique et émotionnel total pendant 3 ans, de la part de quelqu'un qui je pense n'a réellement pas compris ce qu'il faisait.
Depuis, j'ai eu un autre copain. Ça n'a pas marché au final, mais il m'a aidé. Lui et d'autres amis m'ont fait réaliser à quel point ce qu'il m'était arrivé n'était pas normal. Aujourd'hui, je continue d'avoir des rapports avec ce mec, puisque je suis en confiance et épanouie dans l'intimité avec lui. Mais dès que je commence à m'intéresser à d'autres, je repense au contact physique que cela va demander, et je panique complètement, je retombe dans les souvenirs etc...Je me sens alors, plusieurs jours d'affilé parfois, comme plongée dans un brouillard, et lorsque j'en ressors je me souviens de tout, mais j'ai l'impression que je n'étais pas moi-même. Et ces crises s'appliquent aussi à mes amis, car j'ai en permanence peur qu'ils m'abandonnent ou soient mieux sans moi (je ne sait pas à quel point tout est lié mais ce sont les mêmes sensations...). Et dans ces moments là, ma seule solution pour me sentir vivante c'est de me faire mal. Je ressens vraiment une satisfaction, puisque je ne fait que m'infliger une douleur que je mérite.
Et même hors des crises, j'ai l'impression que la seule chose que me rend spéciale, qui démontre être digne d'intérêt, c'est le fait d'avoir vécu cette agression.

J'allais mieux depuis quelques mois, mais cela fait maintenant 3 semaines que j'ai dû partir à l'étranger pour mes études et que je suis assez isolée, et j'ai l'impression d'être repartie 2 ans en arrière...j'ai presque paniqué quand en cours de musique un garçon a mis sa main sur ma cuisse...il avait 4 ans. Et je ressens de nouveau le besoin de me faire mal, alors que je ne l'avait pas fait depuis le mois d'août.
Je ne sais pas si quelqu'un aura le courage de lire le roman que je viens de pondre (encore désolée) mais ça m'a déjà fait du bien de le rédiger.

Bonne nuit et bisous à tous,
Sim'
Revenir en haut Aller en bas
 
Mon vécu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Droit De Parole :: PARTIE PUBLIQUE :: Exprime toi par Ici !-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: